Désinsectisation

bénéficiez d'une désinsectisation efficace avec SAVOIE ANTI-NUISIBLES


Vous subissez une infestation de punaises de lit ? Votre logement est envahi par des blattes ou des cafards ? Vos animaux domestiques ont développé une infestation de puces ? Vous ne pouvez plus profiter de vos extérieurs par la présence de guêpes, frelons ou mouches ? Contactez-nous, des solutions radicales existent.

TRAITEMENT DE CHARPENTES


LUTTER EFFICACEMENT ET DURABLEMENT CONTRE TOUS LES INSECTES XYLOPHAGES PRESENTS DANS VOS CHARPENTES

Nos traitements de charpente sont efficace contre tous les insectes, capricornes, vrillettes etc.. La présence d'insectes à larves XYLOPHAGES se caractérise par la présence de trous sur le bois, de sciures et parfois de grignotement à l'intérieur du bois

Le traitement de charpente constitue une intervention simple, rapide et peu coûteuse pour protéger ou assainir la charpente votre maison.

Notre société est certifiée Certibiocide et nous n’utilisons que des produits agrées et certifiés CTB P+.

Les techniques les plus courantes de traitement des bois sont:

- Traitement curatif par décapage/ Sondage/ injection à coeur et pulvérisation
- Traitement préventif/curatif par gel
- Traitement préventif par injection et pulvérisation


Le traitement traditionnel avec injecteur s'effectue en 5 phases :

• Le sondage des bois qui permet d’identifier les zones contaminées.
• Le bûchage des pièces de bois attaquées permet d’éliminer les parties vermoulues et de vérifier la résistance mécanique des bois. Il facilite également la pénétration du produit vers les zones à protéger au moment de l'application de surface.
• Le brossage et le dépoussiérage qui consiste à nettoyer la surface du bois des vermoulures et poussières pour améliorer la pénétration des produits
• L'injection sous pression du produit de traitement dans des trous percés dans le bois muni d'injecteurs .
• L'application de surface ou pulvérisation du produit des éléments de bois pour éviter toute nouvelle ponte.

Désinsectisations

Tout savoir sur nos prestations de désinsectisations

Notre entreprise de désinsectisation présente dans tout le Pays de Savoie privilégie un ensemble de traitements efficaces pour vous débarrasser rapidement des blattes, cafards, chenilles processionnaires, guêpes et frelons, punaises ou puces de lits et de tous les autres insectes nuisibles. 

Les nuisibles que nous traitons :

Cafards

Blattes

Guêpes et frelons

Abeilles

Fourmis

Puces

Moustiques

Mouches

Chenilles processionnaires

Punaises et puces de lits

Acariens

Capricornes

Termites

Vrillettes

Photos des insectes nuisibles que nous traitons

Rencontrez nos ennemis

Rat noir

Rongeur

Le rat noir, appelé aussi rat des greniers ou rat des champs, est un rongeur commun à longue queue du genre Rattus, de la sous-famille des Murinae.

Comment procédons-nous ?


Notre stratégie pour les éliminers :

  • Pulvérisation (pour un traitement au mètre carré)
  • Nébulisation (pour un traitement au mètre cube)
  • Application de gels insecticides
  • Pose de pièges électriques 100% écologiques à plaques de glue
  • Poste d'appâtage sécurisés (Aucun dangers pour les enfants ou animaux domestiques)
  • Poudrage pour les volumes creux non accessibles
  • Traitement entièrement biologique à la vapeur ou au froid (+180 degrés et -180 degrés)

Cas des punaises de lit :


Les punaises de lits sont des insectes hématophages, c'est à dire qui se nourrissent de sang.
Résistantes, elles peuvent survivre à un an de jeûne, et se dissimulent particulièrement dans la literie, les sommiers, les tapisseries et plinthes et les œufs de la taille et la forme d'un grain de riz sont presque indétectables.

On peut les retrouver dans les logements des particuliers, tout comme dans les hôtels, les campings, les dortoirs et autres lieux de passage.
Vectrices de maladies et porteuses de nombreuses bactéries, les punaises de lits doivent être éliminées et traitées par des professionnels.
Difficiles à supprimer, la lutte contre ces insectes exige une préparation minutieuse et un traitement adapté.

La propagation des punaises de lit est facilitée par nos nombreux déplacements.
La plupart du temps, on les rapporte dans nos bagages après un voyage : attention aux hôtels, mais aussi aux trains couchettes. Certaines grandes villes sont particulièrement touchées par ce parasite, comme New York ou Montréal.
La France première destination mondiale de touriste est donc énormément touchée par ce fléau.
L’idéal, quand on voyage, est de ne pas laisser sa valise sur le lit ou à proximité, et de laisser ses vêtements bien enfermés dans ses bagages pour ne les sortir qu’au fur et à mesure.

En cas de doute (piqûres non identifiées, hygiène douteuse des lieux…), emballez toutes vos affaires dans des sacs plastique.
Une fois rentré chez vous, passez tous vos vêtements à la machine et nettoyez votre valise à fond.

Quoi qu’il en soit, évitez toujours de poser votre valise sur votre lit ou sur le canapé.
La punaise de lit peut aussi s’immiscer chez vous via un meuble – ou tout autre objet – récupéré dans la rue ou dans un vide-greniers.
Plus rare, mais possible : la punaise profite d’un déménagement ou de la livraison d’un meuble ou d’un matelas pour débarquer chez vous ; les camions peuvent en effet avoir transporté auparavant des matelas infestés....

Dès les premiers signes d'infestation de punaises de lits, vous pouvez réagir !
Il existe différentes méthodes pour vous débarrasser de ces nuisibles. Contactez-nous pour savoir comment réagir rapidement que ce soit dans la gestion de votre logement ou dans la gestion du linge "infesté".

Ne jetez plus vos literies ou autres chambres à coucher, nous les désinsectiserons efficacement :

- Aspiration régulière
- Nettoyage vapeur à 180°C
- Lavage du linge à 60°C
- Congélation à -20°C

En effet, les punaises de lits sont très résistantes, mais à partir de certaines températures, elles ne peuvent pas survivre.
Attention, ces opérations sont insuffisantes. Pour éliminer les punaises de lits efficacement, la désinsectisation est la seule solution. Elle doit être pratiquée par des professionnels experts et avec des produits adaptés.

Spécialistes de la désinsectisation, Alpes3D est à votre service pour supprimer les punaises de lits, que vous soyez un particulier ou un professionnel.

Cas des chenilles processionnaires :


La processionnaire du pin est la larve d’un papillon. Ces chenilles qui se déplacent en chaine sont considérées comme des ravageurs tant pour leur impact vis-à-vis des arbres qu’elles investissent pour faire leur cocon, que pour les nuisances (éventuellement dangereuses) qu’elles occasionnent pour l’Homme. En effet, ces chenilles provoquent différents dégâts tout au long de leur croissance.

Dans un premier temps, lors des stades 1 et 2 de leur croissance (généralement de septembre à décembre), elles dévorent les aiguilles de pin à proximité de la zone de ponte, provoquant des dégâts caractéristiques (bouquets d’aiguilles de couleur jaune puis rousse). Ensuite, au stade suivant (de janvier à mars) elles peuvent consommer l’ensemble des aiguilles et non plus un simple bouquet, voire l’ensemble des aiguilles d’une branche ou encore, dans le cadre d’un nombre important de nids, l’ensemble de l’arbre.

Les chenilles processionnaires peuvent également être sources de nuisances sanitaires, dans la mesure où, dès le troisième stade larvaire, elles se munissent d’un système de défense garni de microscopiques poils urticants pouvant être disséminés par le vent.

Ceux-ci peuvent donc provoquer des irritations, voire des allergies chez les personnes sensibles y compris chez les animaux.


La lutte mécanique par échenillage

Il s’agit de prélever manuellement les nids de chenilles processionnaires du pin, à l’aide d’un échenilloir. Cette technique reste exploitable uniquement sur les nids accessibles (4 à 5m de hauteur). Il est important de privilégier l’échenillage précoce, avant les stades larvaires urticants.

Ainsi, si vous comptez retirer les nids vous-même, munissez-vous de protections et de vêtements adéquats (combinaison, gants, masque, lunettes…). Il ne faut en aucun cas toucher ces nids et les chenilles sans protection. Une incinération de tout ce que vous aurez retiré de l’arbre est conseillée pour détruire ce nuisible et empêcher sa propagation. L’autre méthode conseillée est le trempage prolongé dans un bac rempli d’eau additionnée de mouillant (liquide vaisselle) puis enfouissement.


La lutte biologique par prédation

Le principe de la lutte biologique par prédation consiste à encourager la régulation naturelle d’une espèce par son, ou ses prédateur(s).

Dans le cas de la processionnaire du pin, il s’agit de favoriser la nidification des mésanges en implantant des nichoirs spécifiques, afin d’en accroître la population et la pression de prédation exercée sur les chenilles. La mésange est en effet insensible aux poils urticants de la chenille.

En hiver, une mésange peut se nourrir de 40 chenilles par jour (source INRA). Il est important, dans l’objectif recherché de limitation des processionnaires, de ne pas alimenter les mésanges par ailleurs. La pose des nichoirs doit se faire avant leur période de nidification (début du printemps) et respecter certains critères pour les inciter à s’y installer : hauteur, orientation, protection vis-à-vis des prédateurs.

Il s’agit tout simplement de mettre à profit la biodiversité en utilisant d’autres espèces végétales ou animales pour minimiser l’impact de la processionnaire. Ainsi, grâce à diverses études menées, d’autres prédateurs de la chenille processionnaire ont été repérés et peuvent s’avérer être efficaces. Il s’agit par exemple du coucou mais aussi de la huppe fasciée, ou encore du Scarabé Calosoma Sycophanta.

Une expérience innovante a permis de mesurer l’efficacité des chauves-souris comme prédateurs. Il importe donc de conserver la biodiversité des habitats forestiers pour préserver celle des chiroptères.

Enfin, les chercheurs ont remarqué que certaines essences, en particulier le bouleau, ont la faculté de cacher la vue des pins pour les processionnaires, voire de les éloigner grâce à des odeurs répulsives. Cette méthode innovante est actuellement en cours de tests à l’INRA.


Le piégeage des chenilles par écopièges

Ce type de piège exploite une séquence comportementale de la chenille processionnaire du pin : la procession de nymphose. A la fin de leur évolution larvaire, les chenilles descendent en file indienne le long du tronc de l’arbre pour s’enfouir dans le sol.

Dans tous les cas, les pièges doivent être installés avant les premières processions, soit mi-octobre au plus tard dans nos climats océaniques.

L’écopiège ne permet pas de limiter les dégâts aux arbres à court terme, mais il protège les êtres humains et animaux dans la mesure où il leur évite d’entrer en contact avec les chenilles au moment où elles sont à la fois le plus accessibles (sur le tronc ou au sol) et le plus urticantes (dernier stade larvaire).

Le soin apporté à la pose de l’écopiège conditionne son efficacité. Il faut, par exemple, être très minutieux lors du jointoyage entre la collerette et le tronc de manière à ne laisser aucun passage aux chenilles, en dehors du conduit tubulaire.


Le piégeage des papillons

Le piégeage des papillons à l’aide de phéromones de synthèse vise à attirer et capturer en masse les adultes mâles dans le but de limiter les accouplements et le nombre de pontes potentielles. Pour mémoire, une ponte compte environ 200 œufs, soit une future colonie de chenilles.

Les papillons de nuit ne vivent que le temps de la reproduction. Soit 1 jour pour le mâle, le temps de l’accouplement, et 2 à 4 jours pour la femelle, temps nécessaire à la ponte.

Les pièges doivent être mis en place pendant toute la période de vol des papillons, soit 3 à 4 mois, entre début juin et début octobre.

La densité de pièges doit dans tous les cas être suffisante pour réduire significativement la population de papillons mâles si on veut pouvoir en constater les effets sur la reproduction. La pose du piège doit également répondre à certaines règles afin d’optimiser le nombre de captures, et le choix de l’emplacement du piège a son importance. A noter que concernant le choix du matériel de capture, toutes les spécialités commercialisées n’ont pas le même potentiel de capture.

Le piégeage des papillons ne garantit pas l’absence d’attaque des pins avoisinants.


Le traitement biologique

La lutte microbiologique menée depuis le sol peut voir son efficacité limitée par des contraintes liées à la matière active ou à ses moyens d’épandages.

Ce dernier agit sur le système digestif des chenilles lorsqu’elles ingèrent la matière active en même temps que les aiguilles de pin. La durée de persistance du lorsqu'il est appliqué dans de bonnes conditions, est de l’ordre de 8 à 10 jours. Son efficacité dans la limitation des populations de processionnaires est donc conditionnée à son ingestion par les chenilles dans ce laps de temps.

Cependant, cette faible rémanence de la matière active, conjuguée au déphasage des cycles de la chenille processionnaire du pin complique considérablement l’organisation des campagnes de lutte microbiologique :
- Un traitement réalisé trop précocement n’aura aucune efficacité sur les éclosions tardives,
- Un traitement réalisé trop tardivement limitera moins les préjudices aux végétaux
- et les risques en termes de santé publique ou animale.


Autres

Les facteurs météorologiques conditionnent également l’efficacité des traitements au BTk. Des conditions météorologiques défavorables ont des conséquences à la fois sur les chenilles (qui ne sortent que très peu et de ce fait, n’ingèrent pas la matière active), et sur la rémanence du produit (des pluies importantes accélèrent le lessivage).

D’autres contraintes techniques sont à prendre en considération lors de l’épandage d’insecticides par voie terrestre. La hauteur des arbres, les conditions d’accès au site, les limites techniques des matériels de pulvérisation existants, ainsi que les facteurs météorologiques qui imposent également leurs contraintes (le vent réduisant l’ascension du produit, générant de trop fortes dérives par exemple, la pluie qui lessive la matière active, ou le brouillard et le givre qui perturbent la fixation du produit.

Cas des nids de guêpes et frelons :



Savoie Anti-Nuisibles vous informe sur les méthodes de destruction des nids de guêpes et destruction des nids de frelons d’Albertville à Chambéry en passant par le massif des Bauges ou du Beaufortin. Pour détruire les nids de guêpes ou nids de frelons ayant élus domicile dans votre environnement, nous utilisons principalement deux méthodes pour mener à bien ces interventions.

Avant toute opération de destruction d’un nid de guêpes ou de frelons, il est essentiel de localiser avec précision l’endroit où se trouve le nid, les accès par lesquels entrent les insectes, et le type d’insecte concerné. C’est généralement cette reconnaissance qui prend le plus de temps, car ces insectes logent dans différents milieux très variés. (Arbres, murs, sols, combles, cheminées, toitures, abris, etc.)

Une fois le nid localisé, le technicien va revêtir sa combinaison Anti-Guêpes et Frelons.




La Pulvérisation liquide

Lorsque que le nid est accessible et visible, c’est cette méthode que choisira le technicien. Armé d’un pulvérisateur contenant un insecticide spécial guêpes et frelons et protégé de sa combinaison hermétique; il va pulvériser ce produit directement sur le nid en s’en approchant puis ira « récolter » si possible le nid dans un sac poubelle préalablement pulvérisé de liquide.

Les guêpes et frelons meurent instantanément sous l’effet choc du produit. Une fois le nid récolté et le sac fermé, l’intervention de destruction est terminée. Les guêpes ou frelons n’ayant pas été en contact avec le produit, car absent lors de l’opération voleront encore quelques heures pour retrouver le nid, et iront voir ailleurs quand ils s’apercevront que celui-ci n’existe plus.

Rassurez-vous; grâce à l’effet rémanent du produit, aucun nid ne sera reconstruira à proximité !


Le Poudrage

En cas d’impossibilité d’accéder au nid de guêpes ou de frelons (nid sous toiture, accès impossible, etc.), le technicien optera pour la solution du poudrage. En utilisant un pulvérisateur à poudre, et après avoir soigneusement localisé les points d’entrées et sorties des guêpes ou frelons, c’est par cet espace (généralement pas plus gros qu’une pièce de 1cts) qu’il enverra sous pression la poudre insecticide spécialement conçue contre les guêpes ou frelons. Cette poudre agira par contamination. Les guêpes ou frelons entreront en contact avec la poudre à chaque passage et c’est eux qui iront la déposer directement dans le nid.

Cette méthode de destruction de nid nécessite quelques jours (72h en général) pour être totalement efficace. (Le temps de contamination). Avec cette méthode, Il n’est pas nécessaire de retirer le nid car un nid qui est abandonné, n’est jamais recolonisé.